Spécial Bac philo : « Les Dieux sont aussi dans la cuisine. »

Aujourd’hui c’est l’épreuve de philo pour ceux qui passent le bac. Gnark gnark gnark !
Parce qu’un peu de compassion ne fait pas de mal, et qu’au moins je suis certaine que les correcteurs sont trop occupés pour venir vérifier ce que j’écris, je participe à mon niveau à l’effort national. Oui je vais parler philo, mais rassurez-vous cela ne va pas faire mal. Enfin pas longtemps. Il se trouve qu’un de mes maîtres philosophes, Aristote, parle de la cuisine. Non seulement il évoque la cuisine dans son œuvre, mais en plus il dit tout comme moi le coquin. Je peux même affirmer que s’il était vivant, Aristote serait tout simplement abonné à De Coquina Rerum, il likerait à tout-va mes posts. Mon cher confrère a en effet, tout comme la ligne éditoriale de ce blog, admis que la cuisine était un lieu où l’on trouvait la vie, la beauté, la Nature.

« Les Dieux sont aussi dans la cuisine. »

Cette citation est tirée de son livre Les Parties des Animaux (oui je sais, ça m’a fait pareil, mais j’y peux rien).

aristote-allegorie

Les Parties des Animaux, Aristote (allégorie).

Aristote, c’est la Bree Van de Kamp de la philosophie, c’est un maniaque du rangement, du classement. Dans ce livre-ci, Aristote veut classifier les animaux. Il est sympa, il veut nous montrer qu’ils sont faits d’à peu près la même chose que nous, donc il ne faut pas en avoir peur. Pour cela il fait tout un travail de description de chaque partie des animaux, il met un peu les mains dedans, il passe aussi par certaines analogies avec l’homme. C’est le contexte de cet extrait.

« En toutes les parties de la Nature il y a des merveilles ; on dit qu’Héraclite, à des visiteurs étrangers qui, l’ayant trouvé se chauffant au feu de sa cuisine, hésitaient à entrer, fit cette remarque: ‘entrez il y a des dieux aussi dans la cuisine.’ Eh bien, de même, entrons sans dégoût dans l’étude de chaque espèce animale : en chacune, il y a de la nature et de la beauté. »

aristote au labo

Aristote observant les parties des animaux dans son labo.

Que nous dit Aristote ?

Il nous dit qu’on peut trouver du beau partout, même dans les endroits les plus repoussants a priori. Il faut vaincre sa propre répugnance pour accéder au savoir et à la compréhension du vivant.

Bon, là évidemment, je ne cautionne pas… Toto aurait pu trouver un autre exemple que la cuisine comme endroit répugnant quand même ! Mais je confirme qu’il peut y avoir du divin et du beau en cet endroit, n’est-ce pas, puisque c’est tout l’objet de ce blog.

heraclite en cuisine

Héraclite invitant des visiteurs effrayés à venir se marrer avec lui en cuisine.

Et au passage, pour l’anecdote, il met en scène le collègue qu’il aime détester : Héraclite. Y’a pas de raison, les philosophes aussi se font de crasses entre collègues : peaux de bananes en réunions, dossiers piqués sur le bureau, tirage de toge dans les rangs, fayotage au chef et tout. Alors placer Héraclite dans une cuisine où le tout-venant hésite à rentrer, en situation de faiblesse puisqu’il a froid, ça le fait marrer mon Toto. C’est l’occasion de lui mettre un petit tacle grec à la rotule. Sauf que ce n’est pas très fairplay, vu que l’autre ne peut plus répondre depuis un bon moment (ils ne se sont jamais croisés). En même temps, je fais pareil puisque lui-même ne viendra pas me contredire non plus

Allez c’est fini, c’est tout, vous n’avez rien senti hein, voire vous avez ri… en lisant Aristote par-dessus le marché !

5 réflexions au sujet de « Spécial Bac philo : « Les Dieux sont aussi dans la cuisine. » »

  1. En cette époque où nombreux sont ceux qui envisagent de faire davantage de place aux végétaux dans leur assiette, et, pour suggérer à Toto que les animaux sont les semblables des hommes, j’oserai la « pincée » de provocation de cette citation :
    “L’appétit qui vous vient en mangeant votre semblable n’est que la phase cruciale et remarquablement gastronomique de l’amour du prochain.”
    Guy Prévan / Petit précis de cuisine anthropophage

  2. Bel hommage à ceux qui passent cette épreuve ô combien redoutée (en L coeff 7 SVP!!)
    Concentration maxi pour lire l’article, en espérant envoyer des ondes au fiston pour qu’il soit inspiré, mais je doute fort que le sujet tourne autour de la cuisine et « les parties des animaux »! Dommage parce qu’il y a de quoi « philosopher » dessus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *