Le Formica, c’était formidable… et made in France

On a tous en tête de ces objets, souvenirs ou émotions qui parfois font consensus au sein d’une population ou d’une génération. J’ai déjà cité le fameux couteau électrique Moulinex dans un article sur le réveillon et j’y reviendrai certainement plus en détails prochainement. Je place le Formica® aussi dans cette catégorie. Nous avons tous été marqués par cette matière, ces couleurs. Ringard pour les uns, vintage ou tendance pour les autres, bon marché pour tout le monde, il me semblait évident de le mettre à l’honneur dans ce blog. Et pourtant, en me penchant sur l’histoire de ce matériau si courant dans nos cuisines pendant plus de trois décennies, je ne pensais pas visiter à ce point notre patrimoine, et feuilleter autant notre histoire sociétale, notre monde économique et même culturel.

catalogue formica

Catalogue Formica. © www.jamesshanks.com pour Formica Group

Aux origines

Le Formica® est un matériau inventé aux États-Unis au début du XXe siècle. Au départ il est utilisé comme isolant électrique en remplacement du Mica (pas le chanteur, le minéral). Voilà l’origine de son nom : « for » (pour, en lieu et place de) « mica ». Pas la peine d’aller chercher très loin… Vite repéré pour ses qualités et sa facilité de manipulation, il fait son entrée dans le monde de la décoration dans les années 30. En France, il arrive en même temps que le nylon et le chewing-gum, avec les ‘ricains.

C’est quoi au fait ?

Formica_logo

Logo Fromica®

Le «plastique stratifié Formica®» est un assemblage de feuilles de papier kraft (le papier basique marron dont on fait des enveloppes par exemple) qu’on imprègne de résine de synthèse. Mes compétences en chimie étant très limitées, j’ai juste compris qu’on crée ensuite un phénomène de polymérisation (usage de pétrole et de chaleur), ça fait gazouiller les molécules, et paf c’est fait, bim ça brille. [Claire, pardonne-moi pour ce brillant exposé du plus grand intérêt scientifique. En pleine saison des prix Nobel ça fout les jetons, je sais.]

À partir de là on obtient des feuilles de Formica® que l’on va plaquer sur le meuble ou l’objet que l’on veut réaliser.

Le résultat, ce sont des avantages et des utilisations multiples : facile à manipuler, applicable sur tout, esthétique, résistant à tout, aux chocs, aux acides, facile à nettoyer, inusable, etc. Les coloris sont nombreux et inaltérables puisque intégrés dans la résine.

C’est la société De La Rue qui obtient la licence pour exploiter et développer le produit dans le monde entier. En France, c’est à Quillan dans l’Aude que l’usine s’installe au tout début des années 50, en lieu et place d’une chapellerie alors en perte de vitesse. Un bel exemple de restructuration industrielle à l’époque, puisque le personnel a été maintenu et formé à la nouvelle activité. Par la suite, l’usine Formica® de Quillan prendra un tel essor que la marque deviendra le moteur économique et social de toute la région.

pub2_formica

Tout stéréotype serait fortuit patati patata

Un développement en écho aux changements de société

Les années d’après-guerre sont celles de la reconstruction, dans tous les domaines. Avec les épreuves que l’on vient de traverser, de grands changements sociaux se profilent. La place de la femme n’y échappe pas. En effet, elle a largement participé à l’effort de guerre en travaillant et en remplaçant les hommes à l’usine. Après la guerre, elle ne souhaite pas forcément retourner dans sa cuisine, en tout cas pas comme avant. Si elle participe désormais à la vie économique, elle demande aussi à ce que son quotidien soit facilité. C’est le début du développement du confort dans l’habitat, grâce notamment aux arts ménagers et aux progrès associés : le frigidaire, le four thermostatique, l’électro-ménager. Le salon des arts ménagers bat son plein, on a tous en tête des images de l’INA avec tous ces produits parfois improbables qui vont révolutionner nos vies, ainsi que quelques réclames plus ou moins heureuses…

Moulinex libère la femme

Bon, là, niveau révolution féminine, ok, on a vu mieux…

Côté bâtiment, on reconstruit la France aussi avec des immeubles, des appartements. C’est l’occasion de délimiter chaque espace, d’organiser son intérieur. Chaque pièce a ainsi son usage, et tout ce qui concerne cet usage doit s’y trouver, bien accessible. La cuisine équipée vient de naître ! Et le Formica® se fait une place en cuisine grâce à ses nombreux avantages ; on le retrouve sur la table, les chaises, le buffet ou les meubles, même l’horloge.

Mosaique_572

La boutique 5.7.2, sous-titrée « Ma grand-mère avait les mêmes », se trouve dans le quartier du panier à Marseille. Je les remercie pour ces quelques photos de meubles et accessoires en Formica®. Allez-y à l’occasion, il y a plein d’autres choses, vintages et/ou originales.

Le développement du Formica® connaît son âge d’or dans les années 60, il est alors entré quasiment dans tous les foyers français.

Au début des années 70, Formica® sonne désormais comme un nom commun, au même titre que frigidaire. Summum de la reconnaissance, il est chanté par les artistes les plus populaires. Voyez plutôt ce duo Johnny-Sardou de toute beauté :

Les joies du marketing

Formica® est précurseur dans le domaine du marketing. La société s’affiche sur les camions publicitaires, fait du sponsoring, des spots radio avec pour la première fois le principe du satisfait ou remboursé.

Il y a bien sûr le slogan : « Formica, c’est formidable ».

J’ai découvert en faisant mes recherches qu’une expression populaire un peu ironique tenait son origine d’une publicité Formica®. Celle-ci avait pour but de démontrer la facilité d’application du revêtement stratifié Formica® sur nos meubles vieillis ou fragiles.

Quel bonheur d’avoir un mari bricoleur…

Ironie du sort, ce sera aussi le marketing qui, bien des années plus tard, signera l’arrêt de mort du Formica® en France. Et pas qu’au sens figuré, le message est clair, c’est visuel, c’est suédois.

Le Formica®, symbole des 30 glorieuses, paye au prix fort le choc pétrolier

Avec le choc pétrolier du début des années 70, le prix des résines explose et celui du Formica® suit. Le déclin se fait sentir dès les années 75/76.

Mais il n’y a pas que la problématique du prix dans cette histoire. Ces années-là sont aussi celles d’une première prise de conscience de l’aspect environnemental de nos modes de production/consommation. On vient de se régaler pendant 30 ans sans se poser trop de question, ni sur l’utilisation des ressources, ni sur la pollution. On ne peut pas dire que les 30 glorieuses soient un modèle de développement durable, quelques-uns ont le courage de l’admettre aujourd’hui. Plus particulièrement responsable de la situation économique, le pétrole ne réussira jamais à se sortir de cette image.

Pour se convaincre qu’on a bien retenu la leçon, comme toujours en période de crise, on rappelle les valeurs sûres traditionnelles : le bois fait son grand retour dans les habitations. Les designers de Formica® tentent alors de créer des modèles pour profiter de cette tendance, avec des revêtements qui imitent les rainures du bois.

Formica_buffet mémé

Je vous présente le buffet de ma grand-mère Hélène, celui que j’ai toujours connu dans sa cuisine. On est en plein dans cette période « retour au bois »…mais si mais si, c’est du bois. Merci Lolo pour la photo !

Malheureusement le rebond ne viendra pas. Il y a un véritable rejet de ce qui symbolisait cette période. Les années 80 sonnent comme un coup de grâce avec l’émergence d’enseignes commerciales concurrentes, et les délocalisations n’y changeront rien. On achète à petits prix, quitte à renouveler plus souvent, et de ce côté-là c’est la robustesse des meubles en Formica® qui joue en leur défaveur. Pas d’obsolescence programmée… pas d’achat de renouvellement.

Le retour du roi

Pendant les 20 années qui suivent, la société est rachetée à plusieurs reprises, a lancé malgré les difficultés plusieurs produits et s’est développée en Asie. En 2007 c’est une société néo-zélandaise, Fletcher Building, qui fait l’acquisition de Formica Group.

Son cœur de métier de change pas : les revêtements laminés. Aujourd’hui le Formica® est utilisé dans les aménagements de magasins, d’espaces de grands passages, pour des cloisons, et toujours en cuisine. Les finitions ont évolué avec leur temps : pierre, métal, bois.

revetements formica

Effectivement, tout d’un coup la recherche de texture apparaît plus clairement… © M B PHOTOGRAPHY pour Formica Group

Côté environnement, la réconciliation est en marche puisque Formica Group a obtenu la certification GREENGUARD® en 2011 et leurs laminés sont certifiés FSC® depuis 2013.

Populaire, coloré, solide, le matériau bénéficie toujours d’un affect fort, il fait écho à notre nostalgie sans doute, et il n’est pas rare de le trouver mis en valeur par des artistes ou de grands designers. N’oublions pas que c’est le Formica® qui le premier a fait rentrer le design et la créativité dans nos maisons, et à l’époque à moindre coût. Si je n’ai aucune idée des prix pratiqués aujourd’hui, j’observe tout de même que le design, l’esthétique et la fonctionnalité sont toujours au rendez-vous.

Axiom_Formica Group

La gamme Axiom® by Formica Group pour la cuisine (plans de travail et crédences) http://www.axiomworktops.com/fr/. © M B PHOTOGRAPHY pour Formica Group


 

Remerciements : Formica Group & The Think Tank pour les photos et leur disponibilité.
Sources : Historique de Formica à l’occasion des 100 ans de la marque en 2013, disponible en anglais sur leur site. « L’amour Formica » de Nicolas Bergès, un documentaire sur l’usine de Quillan.

23 réflexions au sujet de « Le Formica, c’était formidable… et made in France »

  1. Ping : Intérieur vintage par Clara Ajmar - MRC Architecte et paysagiste

    • Bonjour, je vous confirme que le Formica est bien américain à l’origine. Leur site institutionnel redonne le nom des inventeurs :
      « Nos fondateurs, les ingénieurs en électricité Daniel J. O’Conor et Herbert A. Faber, ont découvert que les résines plastiques haute pression pouvaient être utilisées pour remplacer le mica minéral dans la fabrication des pièces électriques et en 1913, ils ont créé la Formica Products Company. Ils ont inventé le mot « Formica » en ajoutant le préfixe « for » (pour) au mot « mica », qui désigne un matériau d’isolation. En 1930, la société amorce le tournant des applications industrielles vers les produits décoratifs en stratifié. »
      O’Conor travaillait alors pour une société d’électricité, Westinghouse, qu’il quitte après sa découverte. Le premier brevet date de février 1913.
      Bonne journée,
      Sophie

  2. Bonjour, Pouvez-vous me dire s’il est possible de trouver des plaques de formica encore aujourd’hui. Je suis sur Bordeaux, y a t il un dépositaire dans la région? D’avance merci pour votre réponse.

    • Bonjour, je sais que la société a changé son mode de distribution à plusieurs reprises. Ils ont aujourd’hui une direction européenne. Si vous en êtes d’accord, je peux transmettre votre demande aux contacts que j’avais eu au moment où j’ai fait mes recherches. A bientôt, Sophie

  3. Coucou, Nostalgique du formica la So … il me semble que les premières cuisines équipées de meubles en formica comprenaient aussi une table à repasser, qui se fondait parfaitement dans l’ensemble !

    Je ne suis pas certain que cela plaise beaucoup aujourd’hui, néanmoins le formica peut avoir un certain charme c’est vrai …

    Bizzzzzzzzz, Francky

  4. Beaucoup de choses sont déjà dites et avec beaucoup de sagacité… Sur l’historique, les références aux évolutions sociologiques, on conforte les souvenirs qu’on pouvait en avoir. Sur la technologie c’est une découverte ! On apprend aussi comment la marque et le produit suivent les évolutions économiques et écologiques pour rester en phase avec la demande… Les pubs illustrent bien le propos et font mesurer l’abîme entre les argumentaires d’époque et ceux d’aujourd’hui… L’utilisation de la chanson du « mari bricoleur » (succès du disque et de la radio de l’époque, chantée par des « gloires » comme Patachou, et dont les paroles sont de Georges Brassens : oui, on l’a connu grâce à cette chanson !), l’utilisation de cette chanson, donc, pour glorifier le Formica, à longueur de minutes est bien typique ! Je n’avais aucun souvenir du duo sur l’amuuuur formica de Michel et Jojo… (bon on n’avait pas la télé !). Mais je voudrais ici ouvrir une mini-parenthèse socio-historico-culturelle : le formica battait son plein dans la France profonde, dans les sixties ; pour tous les candidats de cette génération à l’exode rural, ou à l’accès au statut de salarié régulier, le formica était un objectif, un rêve, le moyen de démontrer ce changement de « catégorie »… et Jean Ferrat le chantait en 1965 sans équivoque dans « La Montagne » :
    « … s’en aller gagner leur vie
    Loin de la terre où ils sont nés
    Depuis longtemps ils en rêvaient
    De la ville et de ses secrets
    Du formica et du ciné »
    [Oui, sur cette vidéo, on peut constater qu’il avait été jeune, lui aussi —> http://www.paroles-musique.com/paroles-Jean_Ferrat-La_Montagne-lyrics,p10399%5D
    ———
    Bravo et merci pour ce bel article !

  5. Que de souvenirs! Merci pour cet article bien documenté, et aussi au commentaire du « professeur » fort intéressant!
    Ma belle maman a encore des meubles « formica »dans sa cuisine, et je dois dire que c’est increvable!
    A bientôt

  6. Moi aussi, ca me fait faire un bond en arrière… ! De très bons souvenirs de famille..de cocon douillet. biz Miss Formica

  7. C’est excellentissime, bravo pour le travail de recherche, d’archiviste et le talent …. Le Formica parle forcément à la part émotionnelle d’un cerveau de quadra normalement constitué . Le petit frère du meuble de ta grand-mère siégeait à côté du poêle à charbon chez mes parents.. Le Formica pour moi , c’est des images vaporeuses (… Ma mémoire peut être) des seventies et des odeurs chaleureuses, familières rassurantes ..ça sentait le charbon ( mon nord natal peu être) la soupe aux légumes, les clopes de mon père ( eh oui, à l’époque on se faisait enfumer…) qui écoutait Elvis ou Mike Brant avec ses 3 spots rouge vert et jaune, le plastique du faux carrelage.. le lino le top de la classe .. ouvrière! et aussi le parfum de ma grand-mère !merci pour ce voyage immersif dans nos passés respectifs où on prenait le temps de passer du temps en famille en cuisine …sans tablette sans « digital devices » qui nous écartent tant de l’essentiel.. Merci

  8. autre étymologie de notre cher formica : le formaldéhyde de mélamine est la résine utilisée pour enduire les feuilles de kraft… et il est un dérivé d’acide formique, l’acide émis par les … fourmis (formica en latin)

    ce produit apparait encore dans les fiches techniques du fabricant ( http://trebo.ca/wp-content/uploads/2013/05/Stratifie_Formica-Fiche_signaletique.pdf) mais sa mauvaise image -d’un point de vue sanitaire- fait… qu’on évite d’en parler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *