Mylène Gouvion : gourmande de vie à tendance relevée

Aujourd’hui je vous emmène à la rencontre de Mylène Gouvion, une chef d’entreprise et blogueuse de la région grenobloise. Elle tient le blog Cuisine & Vanity, dirige une agence de communication et marketing culinaire, est régulièrement sollicitée par les médias pour ses talents et ses conseils, bref elle est sur tous les fronts. Une femme comme je ne serai jamais : un couteau suisse branché sur le 220 ! Originaire d’Annecy (pas loin du couteau suisse), Mylène Gouvion se définit elle-même comme hyperactive et constamment dans l’action. J’étais curieuse d’en savoir un peu plus sur cette femme qui sourit invariablement à la vie. Une vie qui ne l’a pourtant pas épargnée, loin de là, mais qu’elle remercie chaque jour en la dévorant par tous les bouts. Et ça passe par la cuisine bien sûr !

Mylène Gouvion

Nous nous sommes rencontrées au Gaudi Café à Grenoble. Très rapidement Mylène me cite ces mots de Sénèque qui la guident depuis son adolescence : « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile. » Parler cuisine en commençant par citer Sénèque, je savais que j’allais passer un bon moment…

Bonjour Mylène Gouvion. Si je vous demande de me parler de votre premier souvenir en cuisine, de votre première émotion culinaire, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ?

La cuisine de mon père, sans hésiter. Il était d’origine normande, il cuisinait peu mais quand il se mettait aux fourneaux c’était formidable ! Je revois encore l’image d’un rouget en sauce par exemple. Je n’étais pas du genre à mettre la main à la pâte, pas petite, mais j’ai toujours été gourmande, j’ai toujours aimé manger, aller au restaurant. Enfant je disais que je voulais faire l’école hôtelière, alors que mes études m’ont finalement amenée vers la communication. Mais la cuisine m’a toujours accompagnée malgré tout, et notamment à travers la passion que j’ai du vin, qui vient aussi de mon père. C’est à l’occasion de voyages professionnels que j’ai commencé à me constituer ma cave, à faire les routes des vins, à prendre ici ou là des cours d’œnologie. Logiquement pour accompagner cette passion, je me suis mise à cuisiner. Voilà comment la cuisine est revenue dans ma vie, j’avais 34 ans. Comme je fais toujours les choses à fond, j’ai rapidement pris des cours avec des chefs, je me suis équipée, tout ça en continuant mon métier bien sûr.

Puis un jour, je fais une grave chute au travail. Mon corps ne voulait plus me suivre. J’ai compris alors que je vivais trop vite, mais aussi que professionnellement je n’étais pas sur le bon chemin. Ça a finalement été une révélation qui m’a permis de comprendre ce que je voulais vraiment faire et de mettre en forme un projet professionnel. C’est à ce moment-là que j’ai fait ma formation à l’Institut Paul Bocuse, pour donner de la crédibilité à ce projet qui au final mêle mes compétences et ma passion : la cuisine et la communication. L’agence de communication et marketing culinaire Émulsion voit alors le jour. Aujourd’hui je m’épanouis pleinement dans ce que je fais. En 2013 j’ai aussi lancé mon blog Cuisine & Vanity, qui a très vite décollé.

Votre cuisine, quel rôle a-t-elle dans votre vie ? Elle y a quelle place ?

J’y passe beaucoup de temps bien sûr, j’utilise celle qui est chez moi. J’y réalise toutes les recettes de mon blog, tous les tests produits pour mes clients. Avec mon travail à l’agence j’y suis moins en semaine et plus le week-end.

Cuisiner me ressource, que j’aille bien ou pas. Toutes les occasions, les raisons sont bonnes pour cuisiner ! Certains prendraient un bouquin ou iraient au ciné, moi je cuisine.

Que dit-elle de vous votre cuisine ?

cuisine myleneJe suis très organisée. Je l’ai toujours été et ma formation chez Bocuse a renforcé ce côté, alors elle est super bien rangée, propre. Quand je cuisine je tourne comme un avion, il n’y a de la place pour personne d’autre. Je tiens à mes outils, chacun à leur place. Je cours après le temps alors tout doit être organisé.

« On dit qui dort dîne, mais ça m’irait mieux dans l’autre sens : qui dîne dort. »

Quel est votre objet ou accessoire fétiche ?

Je sors en premier ma planche à découper, et j’utilise tout le temps mon éminceur et mon couteau d’office.

« Je suis nageuse, alors quand je range ma planche de natation c’est pour sortir ma planche de cuisine ! »

couteaux mylene


www.cuisineetvanity.fr

Merci à Mylène Gouvion pour les photos de sa cuisine.

7 réflexions au sujet de « Mylène Gouvion : gourmande de vie à tendance relevée »

  1. C’est une belle personnalité qui est décrite. Vive, hyper-active, croqueuse de vie et croqueuse tout court, gourmet et gourmande, il y a de quoi se reconnaître et ces traits de caractères donnent envie de rencontrer la fameuse Mylène.
    Lucie

  2. Je reconnais bien là, ma Sophie, ton ouverture d’esprit : publier trois photos de cuisine sur lesquelles apparait très distinctement le Thermomix, bravo !
    Et merci pour ton article rafraichissant sur cette très sympathique amoureuse de la cuisine, qui partage de superbes recettes agrémentées de très jolies photos sur son blog. Bises

    • Mais je n’ai rien contre le Thermomix, j’en ai eu un jadis, c’est très bien. J’ai opté pour ma part pour le Cookin de Guy Demarle qui me convient très bien. Il faut dire que les différences sont vraiment marginales…
      #jememouillepas ;-D

  3. Une rencontre qui irradie l’enthousiasme ! On est scotché par la polyvalence et l’énergie… Très belle interview…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *