Ce soir c’est réveillon : the place to be, c’est en cuisine !

Comment ne pas parler de la cuisine en ce jour de réveillon ? Je pense à vous qui, en ce dernier jour de l’année, allez passer un temps plus ou moins long, plus ou moins volontairement, plus ou moins seul(e) dans cette pièce racontée au fil des pages de ce blog. Ce soir je vous imaginerai, chacun dans son rôle, chacun dans son rapport à la cuisine. Et encore une fois cela en dira beaucoup de vous.

Vous qui serez seul(e), par un hasard contraint ou finalement voulu, je sais que vous verrez dans un coin de la pièce une étincelle, une étoile qui brillera rien que pour vous. Un instant de complicité dans votre cuisine, en passant prendre juste un morceau de pain ou votre repas tout entier, elle est votre alliée en cet instant aussi, fidèle, bienveillante et réconfortante ; essayez de l’être aussi avec vous-même en profitant de la douceur de ce moment.

Vous, le préposé annuel aux huîtres, le déboucheur en chef de champagne, le trancheur de gigot armé jusqu’aux dents, etc. : faites bien attention ! Un geste moins maîtrisé et c’est toute la soirée qui bascule. Un réveillon aux urgences, voilà un peu d’animation dans votre vie monotone, soit, mais croyez-moi il y a mieux à faire pour démarrer l’année. Et pour vous motiver, dites-vous que les urgentistes aussi réveillonnent dans la salle de garde !

Couteau_elec

Petit clin d’œil personnel : ce modèle de couteau électrique Moulinex date de 1973. Chaque famille doit connaître un tonton qui a fini avec une poupée au bout du doigt, simplement parce qu’il aura voulu nourrir sa tablée. Pensée pour tous ces téméraires de la cuisine ! Juste en passant, remarquez ce slogan de toute beauté : Moulinex libère la femme. Avec un tel outil, on ne sait trop comment le comprendre…

Vous, le forçat des fourneaux : sortez de là ! Un réveillon c’est justement l’occasion d’inverser les rôles, non ? Faites-vous plaisir, et déléguez les tâches les plus difficiles ou ingrates à votre cousine qui vous a gentiment fait remarquer vos deux kilos apportés par le Père Noël, à votre copain qui vous impose ses selfies à longueur d’année, ou à votre collègue qui, comme d’habitude, « laisse toujours faire les professionnels », en cuisine comme au bureau d’ailleurs…

Vous, le comique du salon, le Travolta de la salle-à-manger : arrêtez un peu votre Macaréna ou votre Chenille avec Tatie, allez voir un peu en cuisine ce qui s’y passe, ce qui s’y dit. C’est en fait là que la soirée se fait, que les échanges sont les plus forts et vrais. On s’en souviendra plus longtemps que de votre chemise en satin ou de votre dernière imitation.

Vous qui aurez du monde autour de vous, beaucoup, mais que ce sentiment de vide, de solitude profonde n’abandonnera pas de la soirée, tout comme ce petit sourire figé mais absent : lâchez tout, allez vous réfugier en cuisine, elle peut renfermer en ses murs des pouvoirs de téléportation, qui sait ?

Vous qui pensez refuser toute sollicitation gustative à coup de « non merci, je suis au régime », je suis sûre que vous pouvez trouver d’autres manières de vous faire remarquer, d’autres qualités personnelles sur lesquelles attirer l’attention. Allez faire un tour en cuisine, vous y trouverez de quoi vous réchauffer le cœur, sans pour autant défier les lois de la gravité pondérale, le plaisir a ses raisons que la balance ne connaît pas.

Et à tous les autres, les plus nombreux, qui passeront une belle soirée en se rappelant les origines de la convivialité.

Bref à vous tous, je souhaite une excellente dernière soirée de 2014, de quelque façon qu’elle se déroule, elle passera forcément par une cuisine, alors je penserai à vous, vous penserez peut-être à moi, et cela réjouit la Coquina que je suis !

4 réflexions au sujet de « Ce soir c’est réveillon : the place to be, c’est en cuisine ! »

  1. Ping : Michel Galabru : quelques souvenirs avec ses passages en cuisine | De Coquina Rerum

  2. Excellent.. Mon père et mes oncles se sont tous coupés a minima une fois les doigts, poignets ou autres avec le couteau électrique de préférence le 31 décembre .. Tard le soir après abus de Badoit en coupant le gigot … Les couteaux à huîtres étaient pas mal non plus pour s’ouvrir des avant bras jusqu’au coude .. Et toujours l’éternel question pour aller se faire recoudre « c’est kikiconduit? »

  3. Ping : Le Formica, c’était formidable… et made in France | De Coquina Rerum

  4. Réveillon = obligatoirement cuisine ? Pas si sûr !… On peut opter pour le vieil adage « Qui dort dîne » !… Ce fut mon choix !… — 1973, année de lancement du couteau électrique ? Barbet Schroeder en démontre une utilisation très spécifique… dans le film « Maîtresse », avec Bulle Ogier et Depardieu, qu’on a pu voir dans les salles en 1975 ! — Que l’année soit belle, conviviale et créative dans toutes les cuisines !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *